viernes, 9 de abril de 2010

MÚSICA DEL SUBSUELO (28). AVEC LE TEMPS



Avec le temps...
Avec le temps, va, tout s'en va
On oublie le visage et l'on oublie la voix
Le cœur, quand ça bat plus, c'est pas la peine d'aller
Chercher plus loin, faut laisser faire et c'est très bien

Avec le temps...
Avec le temps, va, tout s'en va
L'autre qu'on adorait, qu'on cherchait sous la pluie
L'autre qu'on devinait au détour d'un regard
Entre les mots, entre les lignes et sous le fard
D'un serment maquillé qui s'en va faire sa nuit
Avec le temps tout s'évanouit

Avec le temps...
Avec le temps, va, tout s'en va
Même les plus chouettes souv'nirs ça t'as une de ces gueules
A la gal'rie j'farfouille dans les rayons d'la mort
Le samedi soir quand la tendresse s'en va toute seule

Avec le temps...
Avec le temps, va, tout s'en va
L'autre à qui l'on croyait pour un rhume, pour un rien
L'autre à qui l'on donnait du vent et des bijoux
Pour qui l'on eût vendu son âme pour quelques sous
Devant quoi l'on s'traînait comme traînent les chiens
Avec le temps, va, tout va bien

Avec le temps...
Avec le temps, va, tout s'en va
On oublie les passions et l'on oublie les voix
Qui vous disaient tout bas les mots des pauvres gens
Ne rentre pas trop tard, surtout ne prends pas froid

Avec le temps...
Avec le temps, va, tout s'en va
Et l'on se sent blanchi comme un cheval fourbu
Et l'on se sent glacé dans un lit de hasard
Et l'on se sent tout seul peut-être mais peinard
Et l'on se sent floué par les années perdues
Alors vraiment... avec le temps... on n'aime plus.

LEO FERRÉ

3 comentarios:

Artqwin dijo...

Hola Horrach. Pasaba un momento.
"Un libro debería ser como un hacha ante el mar congelado que tenemos dentro". (Creo que Kafka, si no he entendido mal)
"Escribiré hasta que empiece a escribir sobre mi yo verdadero".
(Sylvia Plath)
Le recomiendo 2 películas para su colección de ejemplares ctónicos:
Frozen River
El extraño.
La primera le hará un poco feliz pero la segunda se clava en la memoria como un desconcierto. Y tiene unas interpretaciones absolutamente geniales. Los actores de Frozen River también están muy bien. Y no haga caso de los supuestos resúmenes de la película El extraño (Perfect Strangers es el título original, con Sam Neil), no tiene mucho que ver que digamos.
Otra película angustiosa es la de Por cierto tu gato ha muerto, que anuncian como una comedia de humor negro. Tuve que darle al acelerador para saber cómo terminaba y si podía pues seguir viéndola o no, ya no aguantaba más. Pero no me gustó tanto como las otras.
Buena letra.

Anónimo dijo...

¡Ésta y la de Brel!

Oh..., acabo de ver que le dedicó en su día una entrada a Françoise Hardy en la que me identifico totalmente con lo que dice.

Nada es frívolo en la chanson française:

http://www.youtube.com/watch?v=LmA2pQ2WdZI


saludos,
Novell

Horrach dijo...

Novell, ¿qué hay de nuevo? Bueno, de la Hardy tengo dos entradas, casi seguidas (una de ellas en el Nickjournal). Y de Ferré también hay otra, dedicada a mi novia: http://horrach.blogspot.com/2008/12/ton-style-leo-ferr.html

Artqwin, tomo nota de sus dos recomendaciones. Por cierto, anticipo que, a pesar de llevar meses sin tocar la saga ctónica, en breve colgaré una nueva entrada sobre la cuestión. ¡Prepárate, Aído! :)

saludos a ambos

Related Posts with Thumbnails